jadhere.jpgjedonne.jpg

ACTUALITES
Association APAISER
Syringomyélie & Chiari
Bibliothèque

Les dégâts provoqués par les lésions de la moelle épinière sont, aujourd'hui encore, irréparables. Mais les expériences de regénération réalisées sur l'animal laissent entrevoir la possibilité d'améliorer certaines capacités fonctionnelles.
 

Longtemps, on a pensé que les lésions de la moelle étaient irréparables et que le contact rompu ne pouvait être rétabli, les neurones du système nerveux central étant, a priori, incapables de se régénérer.
Aujourd'hui, grâce aux multiples expériences menées partout dans le monde sur des animaux adultes, on sait qu'il est possible, dans certaines conditions, de régénérer les neurones et de stimuler la repousse des axones, leurs prolongements cellulaires.
Pour les blessés médullaires, comme pour les personnes atteintes de maladies dégénératives du système nerveux (sclérose en plaques, Alzheimer, Parkinson, Huntington...), l'espoir de récupérer une partie des fonctions perdues est donc, aujourd'hui, fondé sur des données scientifiques.
Même si l'on sait que les applications cliniques chez l'homme ne sont pas encore à l'ordre du jour. La recherche sur la moelle épinière se développe dans deux grandes directions la neuroprotection (empêcher les lésions de s'aggraver dans les heures qui suivent l'accident) et la réparation des circuits détruits.
Les États-Unis et le Canada sont à la pointe de cette recherche, parles travaux de leurs équipes hospitalières et universitaires, soutenus par les grands laboratoires et par un financement privé important.
Pour sa part, la France apporte une contribution non négligeable à la recherche internationale, avec les travaux d'Alain Privat, Jacques Mallet, Marc Tadié, Didier Orsal et bien d'autres chercheurs de l'Inserm et du CNRS.
Ces travaux sont soutenus, essentiellement, par l'IRME (institut de recherche sur la moelle épinière), pionnier et référence en matière de recherche sur la moelle épinière en France, depuis quinze ans.


EMPÊCHER LA LÉSION DE S'AGGRAVER

Les lésions du système nerveux central s'aggravent dans les heures qui suivent l'accident en effet, les cellules endommagées libèrent des substances toxiques qui détruisent les cellules nerveuses environnantes. Depuis 1990, de nombreuses molécules sont à l'essai pour tenter de freiner ce processus délétère.
La méthylprednisolone, un corticostéroïde, semble réduire oedème, l'inflammation, la libération de substances toxiques ainsi que l'accumulation de radicaux libres. D'autres substances, diminuant la sensibilité des cellules nerveuses au glutamate (agent neurotransmetteur naturel libéré à doses toxiques en cas de lésion), ont déjà fait l'objet d'essais préliminaires chez des personnes victimes d'un accident vasculaire cérébral.
Elles pourraient être applicables dans quelques années aux lésions de la moelle épinière. Mais pour être efficaces, ces substances neuroprotectrices doivent être administrées dans les heures qui suivent l'accident. Ce qui suppose une prise en charge rapide des blessés dans des centres de référence.
Dès 1997, le réseau d'intervention rapide mis en place par le Professeur Marc Tadié, neurochirurgien à l'Hôpital de Bicêtre (Hauts-de-Seine), a permis de tester dans de bonnes conditions une molécule neuroprotectrice, la Gacyclidine (GK1 1).
Cette molécule, mise au point par l'équipe du Dr Alain Privat, chercheur à l'Inserm (U 336, Montpellier), avec le Dr Kamenka, pharmacologue, a été administrée à deux cent quatre-vingts blessés médullaires. L'ensemble de l'opération a été mené sous l'égide de l'IRME, en collaboration avec les laboratoires Ipsen-Beaufour. Les résultats semblent encourageants.


RÉPARER LES CIRCUITS ENDOMMAGÉS

La section de la moelle est rarement complète. Dans la plupart des cas, certains neurones demeurés intacts pouffaient rétablir le contact si leurs axones ne se heurtaient au mur de la cicatrice gliale, cet amas de cellules qui se forme au niveau de la lésion. Bon nombre de chercheurs tentent de réduire cet obstacle.
Au Canada, le Dr Stéphane Woerly a mis au point une substance, le Neurogel, capable de former un pont entre les deux sections de la moelle lésée (après retrait chirurgical du tissu cicatriciel) et d'offrir ainsi un support de guidage à la repousse des fibres nerveuses (voir Faire Face n° 574, "Un gel porteur d'espoir"
).
Repousse permise et accélérée par différents médiateurs chimiques et/ou cellules souches. Des essais chez l'homme sont actuellement en préparation outre-Atlantique. Cette voie de recherche concerne également des lésions anciennes, pour autant que le sujet soit encore jeune, en bon état général et sans atrophie musculaire.
Régénérer les cellules nerveuses. C'est aujourd'hui possible, du moins chez l'animal. Les approches sont nombreuses greffes de cellules souches embryonnaires, foetales ou adultes activées par des facteurs de croissance, injections directes de facteurs de croissance aux endroits lésés pour stimuler la régénération des cellules, l'allongement des axones, leur remyélinisation...
Une méthode séduisante, et qui a le mérite de ne pas soulever de débat éthique, consiste à utiliser le pouvoir particulièrement régénérant de certaines cellules du système nerveux périphérique, les cellules de Schwann, prélevées chez le sujet, multipliées en laboratoire, puis implantées dans la moelle épinière.
Des améliorations motrices ont été constatées chez les rats qui ont bénéficié de telles transplantations. Une approche parallèle défraie actuellement la chronique la possibilité d'utilisé des cellules olfactives, cellules nerveuses qui ont la capacité de se renouveler constamment.
La stimulation d'un "générateur de marche" qui serait opérationnel, même quand la liaison avec le cerveau est coupée, constitue également une approche intéressante. Tous les mammifères posséderaient, à un certain niveau de la moelle, une commande sensible aux incitations du système nerveux périphérique. Elle serait capable d'agir sur la motricité des membres inférieurs et de produire une marche réflexe, même en l'absence de contrôle du cerveau. Marche réflexe que l'on observe chez le nouveau-né, bien avant que les circuits de la motricité commandés par le cerveau ne soient arrivés à maturité.
L'équipe du Dr Privat, en collaboration avec des chercheurs québécois (Pr Rossignol, de Montréal) et avec le Dr Jacques Mallet (CNRS - Pitié-Salpêtrière), a rétabli une locomotion des membres postérieurs chez des rats, après section de la moelle, en stimulant ce générateur de marche par une greffe de neurones embryonnaires producteurs de strotonine, un puissant neuromédiateur.
Greffe réalisée au-dessous de la lésion, sur le site précis de ce générateur de marche (L1-L2 chez le rat). On devrait savoir si cette expérience est transposable à l'homme dans quelques années. Les greffes embryonnaires se heurtant, chez l'homme, à des problèmes d'ordre éthique, l'équipe étudie actuellement la possibilité d'utiliser des cellules non nerveuses, auxquelles on incorporerait un gène conduisant à la synthèse d'un neuromédiateur.
Lorsque ces cellules seront prêtes, il restera à résoudre le délicat problème de leur implantation pas question de provoquer un traumatisme supplémentaire chez un patient à la moelle déjà lésée.


MARCHER PAR ÉLECTROSTIMULATION : LE PROJET STAND UP AND WALK (SUAW)

D'autres recherches, cliniques cette fois, tentent de réactiver les muscles déficients, en utilisant les ressources des nouvelles technologies. "Lèves toi et marche", tel est le nom français du projet européen lancé en 1999 (six pays, dont la France) et coordonné par le Pr Pierre Rabischong, de l'Université de Montpellier.
Pas question, ici, de réparer quoi que ce soit, mais d'essayer de restaurer une capacité de marche limitée (quelques mètres) par des moyens techniques. Un stimulateur électronique est placé sous la peau de l'abdomen. Seize fils en Téflon, également implantés à l'intérieur du corps, partent de ce stimulateur vers les deux jambes. Au bout des fils, de petites électrodes en contact avec différents muscles (grand fessier, petit fessier, quadriceps...).
Le stimulateur envoie des impulsions électriques vers les électrodes, stimulant les muscles de façon à produire une marche en déplaçant hanche et genoux. Un programme informatique, contenu dans une puce, gère les opérations de l'extérieur (un boîtier fixé à la ceinture) en envoyant les impulsions au stimulateur par radiofréquence.
Ce projet ne concerne que de jeunes paraplégiques, très motivés, avec une lésion basse, et ayant conservé une bonne structure musculaire. Très médiatisé, en particulier par un reportage d'Envoyé Spécial, il n'a encore fait l'objet d'aucune publication scientifique, alors que les résultats étaient annoncés pour l'an 2000...

 

Anne-Marie Bodson
FAIRE FACE N° 581 Novembre 2000


Connexion

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
rGhn
Recopier le code :


    visiteurs
    visiteurs en ligne

  Nombre de membres 1508 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Recherche
Recherche
Nos partenaires

Logo HelloAsso
Logo NeuroSphinx
Logo Centre de Référence
Logo CRESSC

© Copyright Association APAISER 2006/2015 ©

Protection des données personnelles
Conformément à la loi "Informatique et Libertés" du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent.
Vous pouvez exercer ce droit en modifiant ou supprimant vos données dans votre compte ou en envoyant un message descriptif depuis l'icône prévu à cet effet dans la boîte Webmestre-Infos de ce site.