jadhere.jpgjedonne.jpg

ACTUALITES
Association APAISER
Syringomyélie & Chiari
Bibliothèque

LES CELLULES SOUCHES, ESPOIR DE GUÉRISON DES LÉSIONS DE LA MOELLE ÉPINIÈRE ?

Rappelons que des cellules souches sont des cellules qui ne sont pas encore spécialisées et qui sont théoriquement capables de se transformer en n’importe quel type de cellules contenues dans le corps humain, notamment en cellules neurologiques. Elles ont, contrairement aux cellules "normales", la faculté de se multiplier indéfiniment en culture in-vitro, aussi longtemps qu’elles sont laissée dans un état indifférencié. Leur aptitude à se différencier se développe lorsque certaines conditions leurs sont proposées.

Tout commence dans les années 90 lorsque des biologistes isolent des cellules souches d'embryons de souris et réussissent à les cultiver dans des boîtes de culture cellulaire. Ils réussissent à les faire se différencier en cellules de muscle cardiaque, en cellules nerveuses, en cellules musculaires ou en cellules adipeuses (adipocytes). Après ces différents travaux expérimentaux menés sur les souris, en 1998, deux équipes de chercheurs américains parviennent en même temps à prélever des cellules souches d'embryons humains et à les cultiver en laboratoire.

Désormais, il peuvent pour la première fois tenter les mêmes expériences avec des cellules souches humaines que celles menées jusqu’alors sur les cellules de souris.

C’est en Israël dont l’éthique sur ce genre de recherche était alors moins contraignante qu’ailleurs que les principaux développements voient le jour. On se souvient en effet qu’à cette époque, de nombreux débats secouent le corps médical : était-il correct de se livrer à des expériences sur des cellules de foetus, fussent-ils morts ? Rappelons qu’en France, c’est en juillet 2004 dans sa loi sur la bioéthique que le Parlement a autorisé les chercheurs à utiliser les embryons surnuméraires à des fins expérimentales, mais dans un cadre réglementaire très contraignant.

Tandis que la controverse se développe, des chercheurs mettent en évidence l’existence de cellules souches chez l’homme dites cellules souches adultes.

Ces dernières existent dans la plupart des tissus et des organes. Elles peuvent dans certaines conditions expérimentales conduire à la création ou à la régénération de tissus différents des tissus d’origine. Ces cellules ont fait l’objet de l’attention de nombreuses équipes de chercheurs. Elles offrent en effet l’avantage de pouvoir être extraites à l’origine directement sur le malade à soigner, et s’affranchir ainsi des problèmes d’éthiques posés par l’utilisation de cellules souches embryonnaires et, les cellules différenciées obtenues peuvent être en théorie réimplantées sur le malade sans risque de rejet.

Le cas du tissu adipeux a été fréquemment cité dans la littérature : ce dernier est aisé à prélever par liposuccion, et un individu, même mince, peut en livrer facilement un litre. Outre le fait de se multiplier plus rapidement, en culture invitro, ces cellules souches se différencient in vitro en cellules adipeuses, mais aussi en cellules musculaires, osseuses et … en cellules nerveuses. Il semble pourtant que malgré les efforts déployés tous azimuts par les équipes de chercheurs sur les cellules souches adultes dans le cadre d’une réparation du tissu nerveux humain, le bilan observé mi-2005 soit plutôt mitigé. Bien que les récentes révélations de la presse sur les publications falsifiées du Professeur Coréen Hwang sur des pseudo résultats d’expérience très prometteurs, il n’en demeure pas moins vrai que pour le moment, la seule source potentiellement garante de résultats reste celle des cellules de l’incontournable embryon humain.

Il serait étonnant, compte tenu du nombre important d’équipes de chercheurs impliqués et disons le, des enjeux économiques à la clé, que la technique pour contrôler la différentiation des lignées de cellules souche ne soit bientôt maîtrisée.

La greffe qui aiderait à la guérison des tissus neurologiques (ou autres) lésés pourrait être alors raisonnablement espérée.

Sources : The Ottawa Hospital Foundation Communiqués 2005.

Les cellules souches : Françoise Ibarrondo, Université P et M Curie

Le clonage thérapeutique : Inra Agro-bio Technologie

Le Monde.fr 23/12/2005

Article paru dans le Bulletin N° 30 de l'Association APAISER de Janvier 2006


Connexion

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
y3hFWt
Recopier le code :


    visiteurs
    visiteurs en ligne

  Nombre de membres 1527 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Recherche
Recherche
Nos partenaires

Logo HelloAsso
Logo NeuroSphinx
Logo Centre de Référence
Logo CRESSC

© Copyright Association APAISER 2006/2015 ©

Protection des données personnelles
Conformément à la loi "Informatique et Libertés" du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent.
Vous pouvez exercer ce droit en modifiant ou supprimant vos données dans votre compte ou en envoyant un message descriptif depuis l'icône prévu à cet effet dans la boîte Webmestre-Infos de ce site.